logo sans ligne.png
ABOUT  >  resume

I severely damaged the posterior cruciate ligament of my left knee; first, by seeking, during a same gymnastics session, to approach the front and side splits and to master the back and front flip; secondly, by brutally stretching it to make my body less stiff, which would have allowed me to fuck in a more inventive way in the context of a pornographic short film that I was about to shoot.

 

All night, in a dark magical forest at the foot of a sacred mountain, I witness the bloody possessions of worshipers of the Venezuelan goddess María Lionza.

 

Welcomed by some sateré-mawé natives, I endure the immensely painful initiation ritual of the tucandeira, letting both my hands be stung by dozens of giant ants. I will not be allowed to repeat this experience on the following day as I had hoped.

 

I shit so hard for so long that my anus sphincter had to undergo two surgeries under general anesthesia.

 

I handle a hundred of cadavers, bury dozens of them, and am favorably appreciated at funerals as a master of ceremony.

 

I train for months in order to participate in a tournament of the world’s most violent ball game, in which one is allowed to stop an opponent's progression by punching him straight in the face or worse. I continued to train despite the suffering caused from a rib broken by one of my teammates.

 

I planned a serious rape simulation plotted to take place over 3 days and 3 nights, but my eager and willing victim was brought to a state of panic after only 3 hours.

 

Six joined doses of dimethyltryptamine let me glimpse what stays under the hood of palpable; a double dose of toad’s venom gives me access to where even time ceases to move, to where inertia is complete.

 

Alone, I walk across 95 miles of desert and this, without eating anything at all. Predictably injured by my bad shoes, salt on my raw flesh, moving forward for one third of the distance across flooded ground, I'm forced to spend a night with my feet in the water, lying right beside the cross erected on the site of an anticipated death.

 

I constrain myself to kill four living creatures towards which I feel a great deal of empathy, this to make sure once and for all of my ability to go against this state of mind.

 

The Ashéninka of Dulce Gloria forbid me to cross the Murunahua territory, predicting that its natives would devour me.

 

I’m taken prisoner by some indigenous of the Warí ethnic group, endo/exocannibals till the end of the 1960s. I’m released only after having involuntarily charmed their children.

 

In the course of a voodoo ceremony, suspecting me to be so, a mãe-de-santo questions my friend twice to know if I am possessed.

 

I decide to take advantage of my hemorrhage by tracing on the white tiled floor a cock of blood almost two meters long, with testicles, using my nose as a brush.

 

I ask to all the players of a rugby team, one after another, in a row, to please bang my shoulder with their fist.

 

I’m paid a good amount of money to come, from Berlin, to hit an artist in the face during his performance at Artissima, the contemporary art fair of Turin.

 

I paint spirit compromised by matter.

 

The temperature of my home reaches 19 degrees Fahrenheit. Patches of ice in my kitchen.

 

I loose 46 lbs in 27 days, ingesting earthworms and wild plants unknown to me in order to delay a death by starvation. Back in the city, I gain 22 lbs during the first 5 days. A taste of blood in my mouth. I suffer from cracks due to the quartering of my shrunken digestive system.

I must choose between most certainly dying in the coming weeks, or most likely in the following ten minutes.

 

From Petropavlovsk-Kamchatsky, I walk with the intention to reach Ciudad de México by crossing the Bering Strait on foot. In my sack, a large flag of the Grand Duchy of Tuscany entrusted to me by His Excellency the marquess don Domenico Serlupi Crescenzi Ottoboni, Roman patrician Knight Grand Cross of Justice, on the behalf of His Imperial and Royal Highness Sigismund Otto Maria Joseph Gottfried Henrich Erik Leopold Ferdinand von Habsburg-Lothringen, Grand Master of the Orders of Saint Joseph and Saint Stephen pope and martyr, Grand Duke of Tuscany, Archduke of Austria, Prince of Hungary and Bohemia, etc.

 

Terrorized by the ordeal to which I arbitrarily submit myself, I sob in the arms of a young girl I just met.

 

Now a demolition worker, I fund an expedition that I believe must to be fatal to me. The drops of molten metal die out as they fall against my skin.

 

I fill my nostrils with shit.

 

I dig graves, and during lunch breaks, I read Henri Laborit.

 

I receive vomit in my mouth — and my nose, and my eyes. About a hundred times. Without drawing any pleasure from this but solely to serve the plot of the play, also do I stuff a yellow flute up my ass at each performance.

 

From all around, they slowly walk in my direction, arms stretched forward, their fingers stiffened, each of them enunciating out loud a distinct incantation, till they reach my abdomen, seeking to penetrate my chest cavity. 

 

With an empty stomach and without carrying any sack, I climb a volcano 19,000 feet high. While seated on a rock to lower my heart rate, I fall asleep hypnotized, and when for no reason I wake up, I shiver no more and a layer of snow covers my thighs, my head.

 

The members of the examination board called on by my art school affirm that nothing of what I presented to them is of an artistic nature. Outraged, I put an end to my studies on the spot and go walking in the mountains for weeks on end, under the rain, taking shelter in a folded tarp spread out amongst soaked goat’s faeces. I calm down after realizing that what drives me is not something that can be accredited by an academic degree.

 

The twenty liters of pig’s blood end up coloring the sidewalk slipping surreptitiously under the door. A policeman orders me to put my clothes back on.

 

I’m employed as distributor of free shampoo samples.

 

I enthusiastically baptize myself as a Jehovah’s Witness hoping for a divine massacre of the mediocre without commiseration regardless of their age, sex and social class. Five years later, hearing myself humming Sex & Violence by The Exploited without the slightest aversion, but to the contrary, with a distinct fondness, I tear myself out of this religion and immediately become the lead singer of a punk hardcore band.

 

On a Summer day when everyone was sleeping, in a place in ruins named « the Furnace », I inconceivably and distinctly perceive myself within the cosmos. I go home knocked out and wobbly.

 

As only a child, I gave in to a fervent fit of tears just to be taken to the slippery slopes of a rain-slicked mountain, longing for the opportunity to walk thirteen hours soaked to the bone under the rain loaded with lightning bolts.

 

I write to God. To make sure that my message arrives to Him, I post it in a sewer manhole.

Because my foreskin is partially welded to the head of my penis, a doctor prescribes me self inflicted hand-jobs in order to gradually separate them. Because of my reluctance to do so, my father masturbates me. Since then, sexuality and pain are closely associated in my mind.

 

I write to my 30-year-old self. Specifying, from the past, what as a child I would like him to become, and what above all I would like him to not be.

 

Convinced that Satan had appeared to me, I hid behind my mother’s skirt in order to firmly bark along with her: « Vade retro Satana! »

 

A little girl locks me up in her room to exhibit her genitalia and encourage me to touch it. In spite of a great interest, fearing to displease God, I burst into tears.

 

Following directly the theocratic singings of my mother, I record on tape some vehement mumbo jumbos. — This is where my way of singing comes from.

 

I twist and roll myself all over the feet of our guests, so excited by the presence of new bodies temporarily confined into my space. — This is where my way of dancing comes from.

 

My parents divorce because of the divergence of their respective interpretations of the Bible.

 

I’m born in the Medicean villa where Lorenzo the Magnificent died, during an annular eclipse of the sun.

logo texte seul.png

J’ai gravement endommagé le ligament croisé postérieur de mon genou gauche ; dans un premier temps, en cherchant, au cours d’une même séance de gymnastique, à approcher le grand écart frontal et latéral et maîtriser le salto arrière et avant ; dans un second temps, en l’étirant brutalement afin de rendre mon corps moins ankylosé, ce qui m’aurait permis de baiser de manière plus inventive dans le contexte d’un court métrage pornographique que je m’apprêtais à tourner.

 

Toute la nuit, dans une sombre forêt magique située aux pieds d’une montagne sacrée, j’assiste aux possessions sanglantes des adorateurs de la déesse vénézuélienne María Lionza.

 

Accueilli par des indigènes sateré-mawé, je me soumets à l’immensément douloureux rituel initiatique de la tucandeira, me faisant piquer les deux mains par des dizaines de fourmis géantes. Le lendemain, il ne me sera pas permis de renouveler cette expérience comme je l’avais souhaité.

J’ai chié si fort si longtemps que le sphincter de mon anus a dû subir deux interventions chirurgicales sous anesthésie générale.

 

Je manipule une centaine de cadavres, en enterre des dizaines, et suis favorablement apprécié en tant que maître de cérémonies funéraires.

 

Je m’entraîne quatre mois durant afin de participer à un tournoi du jeu de balle le plus violent au monde, qui autorise à stopper la progression d’un adversaire avec un coup de poing en plein visage ou pire. J’ai continué à m’entraîner bien que souffrant d’une côte brisée par l’un de mes coéquipiers.

 

Je planifiai une simulation de viol sérieuse pensée pour être développée sur 3 jours et 3 nuits mais qui fit paniquer la victime consentante et requérante au bout de seulement 3 heures.

 

Six doses conjointes de dimethyltryptamine me permettent d’entr’apercevoir ce qui se trouve sous le capot du palpable ; une double dose de venin de crapaud me fait accéder à là où même le temps cesse de se déplacer, à là où l’inertie est totale.

 

J’arpente seul 153 kilomètres de désert et ce, sans aucunement me nourrir. Avec de mauvaises chaussures qui selon toute attente m’ont blessé, du sel sur ma chair à vif, pour un tiers de la distance progressant sur une surface inondée m’obligeant à passer une nuit les pieds dans l’eau allongé tout contre la croix dressée sur l’emplacement d’une mort anticipée.

 

Je me contrains à tuer quatre êtres vivants envers lesquels je ressentais une importante empathie, cela pour m’assurer une fois pour toutes d’être si besoin capable de passer outre cet état d’âme.

 

Les Ashéninka de Dulce Gloria m’interdisent de traverser le territoire murunahua prévoyant que ses autochtones me dévoreraient.

 

Je suis fait prisonnier par des indigènes de l’ethnie Warí, endo/exocannibales jusqu’à la fin des années 1960. Je ne suis libéré qu’après avoir involontairement charmé leurs enfants.

 

Au cours d’une cérémonie vaudou, me suspectant de l’être, une mãe-de-santo demande par deux fois à mon amie si je suis possédé.

 

Je décide de tirer profit de mon hémorragie en traçant au sol, sur le carrelage blanc, une bite de sang longue de près de deux mètres, avec testicules, me servant de mon nez comme d’un pinceau.

 

Je demande à tous les joueurs d’une équipe de rugby de bien vouloir cogner mon épaule de leur poing, l’un après l’autre, en rang.

 

Je suis bien rémunéré pour venir, depuis Berlin, frapper au visage un artiste pendant sa performance à Artissima, la foire d’art contemporain de Turin.

 

Je peins l’esprit compromis par la matière.

 

La température à mon domicile atteint les moins 7 degrés Celsius. Dans ma cuisine, des plaques de verglas.

 

Je perds 21 kilos en 27 jours, ingérant des vers de terre et des plantes sauvages à moi inconnues afin de retarder une mort par inanition. De retour en ville, je grossis de 10 kilos dès les 5 premiers jours. Un goût de sang dans ma bouche. Je souffre des fissures dues à l’écartèlement de mon système digestif rapetissé.

 

Je dois choisir entre mourir très certainement dans les semaines qui suivent, ou fort probablement dans les dix minutes.

 

À partir de Petropavlovsk-Kamchatsky, je marche avec pour intention celle de joindre Ciudad de México en franchissant à pied le détroit de Béring. Dans mon sac, le large drapeau du grand-duché de Toscane que m'a confié Son Excellence le marquis don Domenico Serlupi Crescenzi Ottoboni, patricien romain Chevalier Grand-Croix de Justice, de la part de Son Altesse impériale et royale Sigismond Otto Marie Joseph Godefroy Henri Éric Léopold Ferdinand de Habsbourg-Lorraine, Grand Maître des Ordres de Saint-Joseph et Saint-Étienne pape et martyr, grand-duc de Toscane, archiduc d'Autriche, prince de Hongrie et de Bohême, etc.

 

Terrorisé par l’épreuve à laquelle arbitrairement je me soumets, je sanglote dans les bras d’une jeune fille à peine rencontrée.

 

Maintenant ouvrier démolisseur, je finance une expédition que je crois devoir m’être fatale. Les gouttes de métal en fusion viennent s’éteindre contre ma peau.

 

J’emplis mes narines de merde.

 

Je creuse des tombes, et durant les pauses de midi, lis Henri Laborit.

 

Je me fais vomir dans la bouche — et le nez, et les yeux. Une centaine de fois. Également sans en tirer de plaisir, toujours pour servir l’intrigue de la pièce, j'enfonce dans mon fion une flûte de couleur jaune lors de chacune de ses représentations.

 

De partout autour de moi, lentement ils marchent dans ma direction, les bras tendus en avant, leurs doigts raides, articulant chacun à haute voix une distincte incantation, jusqu’à atteindre mon abdomen, cherchant alors à pénétrer ma cage thoracique.

 

À jeun et sans emporter de sac, je gravis un volcan de six mille mètres. Assis sur un rocher pour ralentir mon rythme cardiaque, je m’endors hypnotisé, et quand pour je ne sais quelle raison je me réveille, je ne tremble plus et une couche de neige surmonte mes cuisses, ma tête.

 

Les membres du jury sollicité par mon école d’art affirment que rien de ce que je leur ai présenté n’est de nature artistique. Outré, je mets aussitôt un terme à mes études et pars marcher des semaines durant dans les montagnes, sous la pluie, m’abritant dans une bâche à bûches repliée posée à même les excréments caprins détrempés. Je me calme en réalisant que ce qui m’anime, en effet ne peut pas être diplômé.

 

Les vingt litres de sang de porc ont fini par colorer le trottoir en glissant subrepticement sous la porte. Un policier m’ordonne de me rhabiller.

 

Je suis employé comme distributeur d’échantillons gratuits de shampooing.

 

Je me baptise Témoin de Jéhovah parce qu’enthousiasmé par l’espoir d’un divin massacre des médiocres exempt d’apitoiements quel que soit leur âge, sexe et classe sociale. Cinq années plus tard, m’entendant fredonner Sex & Violence de The Exploited sans la moindre aversion mais, au contraire, une distincte familiarité, je m’arrache de cette religion et immédiatement deviens le chanteur d’un groupe de punk hardcore.

 

Un jour d’été à une heure où tout le monde dormait, sur un site en ruine dénommé « la Fournaise », je me perçois soudain inconcevablement distinctement dans le cosmos. Je rentre chez moi assommé les jambes flageolantes.

 

Simple bambin, je donnai libre cours à une fervente crise de larmes pourvu d’obtenir de me faire emmener sur les parois glissantes d’une montagne ruisselante, heureux de l’opportunité de marcher durant treize heures trempé jusqu’aux os sous une pluie injectée d’éclairs.

 

J’écris à Dieu. Pour m’assurer que le message lui parvienne, je poste celui-ci dans une bouche d’égout.

 

Parce que mon prépuce est partiellement soudé à mon gland, un docteur me prescrit de me branler pour graduellement l’en arracher. En raison de ma réticence, mon père me masturbe. Depuis lors, sexualité et douleur sont dans mon esprit étroitement associées.

 

J’écris au moi-même de trente ans. Lui faisant savoir, du passé, ce qu’enfant je voulais qu’il devienne, et ce qu’il ne soit surtout pas.

 

Certain d’avoir vu Satan m’apparaître, je me réfugie dans les jupes de ma mère pour, avec elle, aboyer avec fermeté : « Vade retro Satana ! »

 

Une petite fille m’enferme à clef dans sa chambre pour m’exposer son sexe et m’encourager à le toucher. Malgré un fort intérêt, craignant de déplaire à Dieu, je fonds en larmes.

 

Directement à la suite des chants théocratiques de ma mère, j’enregistre sur cassette de véhémentes lallations. — C’est de là que tire son origine ma manière de chanter.

 

Je me tords et roule sur les pieds de nos convives, tout excité par la présence de nouveaux corps temporairement confinés dans mon espace. — C’est de là que tire son origine ma manière de danser.

 

Mes parents divorcent en raison de la divergence de leurs respectives interprétations de la Bible.

 

Je nais dans la villa médicéenne où Laurent le Magnifique trépassa, durant une éclipse annulaire du soleil.